Archives de l’auteur : Michel

Travaux au Champ du Feu

samedi matin 9h00 pour les volontaires !!!

Nous ferons une journée de nettoyage (ménage) du chalet.

Pour des raisons évidentes j’aimerai connaitre ces volontaires.

Actuellement 5 personnes inscrites, encore 2/3 serait parfait, merci !!

Michel

Dates à retenir

Différentes dates concernant les différentes journées de travail se trouvent sur le blog.

Ils seraient bien de vous annoncer pour l’une ou l’autre de ces journées (COVID oblige) Michel pour le Champ du Feu et Katia pour le Gaschney, merci

Vous y trouverez aussi la date de l’A.G.

Nouvelles règles de vie dans nos refuges

Les règles suivantes seront appliquées (susceptibles d’être modifiés suite à la réunion du comité) concernant les réservations de nos chalets :


1. nous limiterons l’occupation à 50% de la capacité des chalets ( voire moins pour le Gaschney)

2. nous limiterons l’accès à un seul groupe pendant cette période (1).

3. nous donnerons des recommandations de décontamination au départ du chalet à la remise des clés (2).

1) même si le nombre d’occupants de  2 groupes est inférieur à 50% de la capacité, nous n’accepterons que le premier groupe inscrit. En effet deux groupes, peuvent avoir deux « philosophies » de protection différentes par rapport au virus. Les plus laxistes mettant en danger les plus rigoureux. 

2) nettoyage des poignées de portes au départ en plus du nettoyage classique.

RÈGLES DANS TOUT LES PAYS :

Dans tous les pays:

Les randonneurs devront entre autres se munir de leur propre sac de couchage (pour la France) et/ou drap de sac «sac à viande» (pour tous les pays), taie d’oreiller, désinfectant, et d’un masque.

Les capacités d’accueil des refuges seront réduites.

Coup de gueule !

En ce beau week-end d’août, je décidais de monter au chalet du Champ du Feu pour m’y rafraîchir à l’ombre de ses sapins.

Arrivé sur le pas de la porte, j’eus juste le temps de déverrouiller celle-ci que je trébuchais sur le tapis posé à l’entrée, oui cela arrive !! La porte s’ouvrit alors brutalement sous mon poids. Déséquilibré, je tendis le bras vers la rampe d’escalier, plein d’espoir de m’y rattraper. Je saisis un barreau salvateur.

J’étais si heureux de me rattraper que je ne remarquais pas de suite les 47 échardes plantées dans la paume de ma main. Le barreau avait connu des jours meilleurs et visiblement passé une mauvaise nuit !

Rapidement, les 47 échardes se rappelèrent à moi. La douleur vive me fit galoper dans l’escalier vers l’eau fraîche de la salle de bains. Mais un nouveau tableau au mur arrêta net ma course. Mais quelle horreur ce truc ! j’avoue l’art abstrait ne me touche pas.

Je me rapprochais de la toile pour y lire le nom de l’auteur, mai j’en sentît que son odeur : l’artiste avait vomi !

Harassé, ma main blessée pendant à mon bras comme déjà morte, je me dirigeais toujours vers le bain bien décidé à oublier ce cauchemar quand je vis un autre pauvre barreau complètement défait !

De là, pour me reposer un peu je gravis un autre étage pour arriver au dortoir ou je me laissais lourdement tomber sur un des lits.

J’aurais dû savoir qu’il était cassé ! expliquerais-je plus tard aux brancardiers du SAMU.

Voilà ma petit histoire est terminée. Mais en fait il y en a vraiment marre de découvrir notre chalet dans cet état. N’êtes vous pas assez adultes pour signaler les dégradations occasionnées par vous-même ou vos invités à la fin d’un week-end ? Ou mieux encore effectuer la réparation vous même ?

Au vu des réactions, Je tiens à préciser que c’est une histoire, tout ceci s’est bien produit, mais pas le même week-end, mais le même été.
Cela ne doit en rien minimiser la chose, c’est pas cool !

Michel